Vente en ligne de vins raisonnés, naturels et biologiques

Interview vidéo: Jérôme Fil au domaine Pierre Fil à Minervois

Interview vidéo: Jérôme Fil au domaine Pierre Fil à Minervois
Publié le 24 mai 2017

Visite de l’appellation Minervois, avec Jérôme, un vigneron charismatique.
Par Romain Blanc Votre Sommelier conseil

Interview vidéo: Jérôme Fil au domaine Pierre Fil à Minervois

 

 

Interview vidéo: Jérôme Fil au domaine Pierre Fil à Minervois

Pour ceux qui préfèrent la lecture, voici la retranscription de mon interview avec Jérôme Fil, au domaine Pierre Fil à Minervois !

 

Romain : Bonjour, aujourd’hui on est à Mailhac, sur l’appellation Minervois, en compagnie de Jérôme, du domaine Pierre Fil, qui va nous raconter un peu son histoire et le déroulement de la maison Pierre Fil.

Jérôme : Merci, bonjour et bienvenue au domaine, un petit domaine familial de 25 hectares, ce qui reste une taille modeste, moyenne pour un domaine Languedoc. C’est un domaine transmis de générations en générations. On estime que je suis à peu près la 7eme génération, à peu près… On a remonté ce qu’on a pu ! La 8eme génération suivra peut être, mon fils, qui a 11 ans, est passionné de tracteurs, de vignes, il vient nous aider à la cave, il est là pendant les vendanges…  On commence par la maturité des raisins : je le prends avec moi pour goûter les graines, et je lui dis « alors, c’est mûr ou ce n’est pas mûr ? » Il goûte et il me dit « non ce n’est pas mûr ! » et donc on va attendre quoi. Mais il commence à participer, c’est sympa.

Après mon parcours, depuis petit j’ai déjà baigné dans les vignes, la cave… C’est quelque chose qui me plaisait. J’ai fait mes études là-dedans, j’ai fait une école d’ingénieur Agronome, j’ai fait l’école d’ingénieur en Agriculture à Toulouse et parallèlement à ça, j’ai aussi fait le DNO, donc je suis œnologue de Toulouse, en formation. Donc ça, c’était la fin des années 90.

Romain : A côté du domaine je crois que tu es aussi œnologue conseil ?

Jérôme : C’est ça. Mais pas tout à fait. Je fais du conseil viticole. C’est-à-dire que j’accompagne des domaines qui sont dans le Languedoc, depuis les projets de plantation de vigne, jusqu’à la date de récolte.

Romain : D’accord, les premières vinifications ?

Jérôme : Rien sur la vinification. Je m’arrête au moment où les raisins rentrent en cave. Et ensuite les vinification, c’est l’œnologue conseil qui prend le relai. Tout ça parce que la technique viticole évolue beaucoup, je crois beaucoup en la qualité des raisins et l’équilibre global des vignes et que cet équilibre global va conférer un bel équilibre aux raisins, qui vont permettre de faire de beaux vins. Voilà. C’est quand même la matière première qui permet de faire le vin. Donc j’ai effectivement cette double activité : à la fois d’être vigneron et de conseiller technique, c’est quelque chose de très complémentaire puisque ça me permet d’avoir une certaine ouverture d’esprit, de voir ce qu’il se fait ailleurs, comment réagissent d’autres terroirs, d’autres cépages, d’avoir pas mal d’approches humaines qui sont très intéressantes parce que il y’a toujours un vigneron derrière son vin et donc chacun a son approche sur la manière d’appréhender son vignoble et ses objectifs produits.

Quelques mots sur nos vins peut-être ?

 

Romain : Oui bien-sûr, donc quel cépage ? Parce que moi je les connais, mais pour les personnes, cépage et terroir…

Jérôme : Alors, sur les terroirs, on va être sur ce qu’on va appeler des « hautes terrasses alluviales du Quaternaire», ça c’est la définition géologique. La notion de hautes terrasses : terrasse ça veut dire qu’on a eu une formation qui, à un moment donné, a été une formation hydraulique, donc c’est un cours d’eau qui a fourni ça. C’est là où on a des sols avec des galets roulés donc ces galets roulés sont liés à ce qu’on appelle le transport fluviative, c’est de l’eau, qui en transportant les galets, les a fait rouler, et ensuite la notion de « hautes terrasses » c’est parce que les mouvements tectoniques si on est dans des zones où la sismologie a été importante à une certaine époque, puisque le Minervois c’est sur les derniers contreforts du Massif Central, y’a l’Aude, en face de nous il y a les Corbières et les Pyrénées, et donc qui se sont formés avec des mouvements sismiques relativement importants. Y’a eu les phénomènes d’érosion, et ce qui était une plaine alluviale, c’est retrouvée en situation de plateau. Autour, on n’a rien, juste ce plateau et ensuite des versants qui permettent de descendre dans les plaines.

Ça constitue la majorité du terroir. Et ça c’est intéressant parce qu’on a une teneur élevée en caillou : de 50 à 70%, finalement, peu de terres fines.

Mais, de part cette formation alluviale, on a des sols qui sont relativement profonds. Donc, teneur en cailloux élevée, sol profond, ça veut dire que la vigne a nécessité de faire plonger ces systèmes racinaires pour aller chercher de l’eau et des éléments minéraux. Ça permet un bon ancrage du vignoble en dessous.

Ça c’est pour nous quelque chose qui est bien car, parallèlement à ça, on se situe dans la partie la plus à l’Est de l’appellation du Minervois, donc dans la zone la plus influencée par la Méditerranée, ça veut dire qu’on est dans la zone la plus chaude de l’appellation : ça va nous permettre de mûrir nos Mourvèdre, qui est un cépage tardif qu’il faut ramasser bien mûr pour qu’il fasse de bons vins. C’est cette combinaison-là de ce type de sol, en cette zone géographique, avec cette influence de la Méditerranée, qui nous confère cette capacité à pouvoir avoir de bons vins.

 

Romain : On le voyait tout à l’heure, c’est quand même pas mal aéré !

 

Jérôme : C’est un plateau donc… Rien ne le protège ! Mais c’est bien aéré et c’est important au niveau de la maitrise des maladies crypto-organiques parce que ce sont des champignons et du moment que l’air est sec et que c’est ventilé…

 

Romain : Le Mourvèdre c’est donc votre cépage phare ?

 

Jérôme : Il est compliqué donc ça nous plait !

 

Romain : C’est ça. Et du coup il y a Syrah, Grenache, Carignan, Merlot, c’est ça ?

 

Jérôme : Exactement, on va retrouver en appellation Minervois, Grenache, Carignan, Syrah, donc ça va nous permettre de constituer les cuvées Heledus, Orebus, et Dolium. Ensuite on aura également une partie du vignoble qui est en zone de plaine, on n’est pas en appellation Minervois, nous sommes en IGP Pays d’Oc. Et là, on va retrouver en plus de la Syrah et du Grenache, du Merlot, comme tu disais. Donc ce merlot va rentrer dans différents assemblages.

 

Romain : On va le retrouver sur le rosé ?

 

Jérôme : Non. Le merlot on va le retrouver dans le Fil Rouge et dans le Cubis, dans une proportion de 25, 30 % à savoir que dans le cubis il est associé avec le Carignan en macération carbonique.

Et dans le Fil Rouge, avec le Merlot, on va retrouver en compagnie de la Syrah, le Grenache, le Carignan.

 

Romain : Petite nouveauté, je l’ai goûté tout à l’heure le M 2014

 

Jérôme : Le M c’est la signification de Mourvèdre, merveilleux parce que c’est un cépage qui nous plaît énormément, on peut le faire découvrir et faire partager avec les gens qui apprécient nos produits ce qui pour être pur, pour ça on a déjà fait l’assemblage avec différents styles parce que l’âge des vignes, les sols, notre manière de cultiver le vignoble, d’orienter la vinification, même sur un même cépage, on pourra avoir des profils légèrement différents.

 

Romain : Donc ce n’est pas un parcellaire comme chez certains vignerons ou c’est un parcellaire qui va donner une grosse cuvée ?

 

Jérôme : C’est un assemblage du même cépage, de différentes parcelles.

 

Romain : Pas de barriques ?

 

Jérôme : Pas de barriques. C’est un produit d’assemblage avec un passage en fût et une mise en fût relativement plus précoce. On veut montrer aux gens qui apprécient nos produits, l’originalité et pour garder cette typicité, cette puissance originelle, on l’a mis en bouteille tôt : c’est-à-dire que le millésime 2014 c’est la première année, on l’a conditionné au Printemps 2015 et là on est sur l’élevage bouteille. C’est un produit qui devrait sortir pour la fin d’année, si on estime qu’à la dégustation tout va bien. Ça sera la petite nouveauté.

 

Romain : Je te remercie Jérôme !

 

Jérôme : Avec plaisir, t’es toujours le bienvenu au domaine ! A bientôt !

Merci Jérôme !

 

Pour découvrir les vins du Domaine Pierre Fil, c’est ici !

Partagez sur